Quelques précisions jurisprudentielles dans le contentieux des refus de remises gracieuses d’indu de RSA

Auteur : Julien Charre
Publié le : 29/03/2016 29 mars mars 03 2016

Alors que plus de deux millions de foyers sont bénéficiaires des prestations au titre du RSA et que des négociations sont engagées entre le Gouvernement et l'Assemblée des départements de France (ADF) afin que l'Etat reprenne à sa charge le coût des prestations, actuellement attribuées aux Conseils Départementaux, les juridictions administratives ont pu récemment spécifier le contentieux des refus de remises gracieuses d’indu de RSA.

L'action en paiement du trop-perçu de RSA se prescrit par deux ans, conformément à l'article L. 262-45 du Code de l'action sociale et des familles, sauf en cas de fraude ou de fausse déclaration.

Le Conseil d'État a déjà pu juger que la notion de fausse déclaration doit s'entendre comme visant les inexactitudes et omissions délibérément commises par l'allocataire dans l'exercice de son obligation déclarative (Conseil d’Etat, 15 juin 2009, n° 320041).

L’article suivant du Code de l'action sociale et des familles, L. 262-46, dispose que :

« Tout paiement indu de revenu de solidarité active est récupéré par l'organisme chargé du service de celui-ci ainsi que, dans les conditions définies au présent article, par les collectivités débitrices du revenu de solidarité active. [...]

La créance peut être remise ou réduite par le président du conseil général ou l'organisme chargé du service du revenu de solidarité active pour le compte de l'Etat, en cas de bonne foi ou de précarité de la situation du débiteur, sauf si cette créance résulte d'une manœuvre frauduleuse ou d'une fausse déclaration
».

Lorsque la décision du président du Conseil Départemental refuse ou ne fait que partiellement droit à une demande de remise gracieuse ou de réduction d'indu, le juge administratif apprécie la légalité de la décision attaquée, mais aussi se prononce lui-même sur la demande en recherchant si, au regard des circonstances de fait existant à la date de sa propre décision, la situation de précarité du débiteur et sa bonne foi justifient que lui soit accordée une remise ou une réduction supplémentaire. Pour l'examen de ces deux conditions, le juge est ainsi conduit à substituer sa propre appréciation à celle de l'Administration (Conseil d’Etat, 23 mai 2011, Mme Popin, El Moumny, n° 344970).

Il se prononce ainsi, tant sur la légalité externe et interne de la décision litigieuse que sur les droits du demandeur.

Pour apprécier la demande de l'intéressé, le juge administratif tient compte des éléments de fait existant à la date de sa propre décision, de la situation financière du demandeur et de sa bonne foi (TA Cergy-Pontoise, 27 septembre 2012, n° 1007554).

L’ensemble de ces éléments vient d’être rappelé et parfaitement résumé dans un arrêt du 9 février 2016 de la Cour administrative d’appel de Bordeaux :

« il appartient à la cour, saisie d'une demande dirigée contre une décision refusant ou ne faisant que partiellement droit à une demande de remise ou de réduction d'indu de revenu de solidarité active, non seulement d'apprécier la légalité de cette décision, mais aussi de se prononcer elle-même sur la demande en recherchant si, au regard des circonstances de fait existant à la date de sa propre décision, la situation de précarité du débiteur et sa bonne foi justifient que lui soit accordée une remise ou une réduction supplémentaire ; que, pour l'examen de ces deux conditions, le juge est ainsi conduit à substituer sa propre appréciation à celle de l'administration » (CAA Bordeaux, 9 février 2016, n° 14BX00284).

 
Un mois plus tard, c’est au tour du Conseil d’Etat d’avoir à trancher un litige concernant un refus de remises gracieuses d’indu de RSA.

Dans son arrêt n° 381272 en date 9 mars 2016, le Conseil d'Etat est ainsi venu apporter quelques précisions.

Dans ce cas d’espèce, la CAF de Paris, qui avait prononcé la récupération des sommes qu'elle estimait avoir indument versées à une allocataire du RSA entre août 2010 et février 2012, a rejeté la demande de cette dernière de remise gracieuse de sa dette.

La requérante a alors saisi le juge administratif en excipant de l'illégalité des décisions de récupération.

Le Conseil d’Etat a alors estimé ce moyen comme inopérant :

« une décision rejetant une demande de remise gracieuse d'un indu présentée par un bénéficiaire du revenu de solidarité active ne trouve pas sa base légale dans la décision de récupération de cet indu et n'est pas davantage prise pour son application ; que, par suite, le bénéficiaire qui conteste un refus de remise gracieuse ne peut utilement exciper, à l'appui de sa demande d'annulation de ce refus, de l'illégalité de la décision de récupération ».

La Haute Juridiction ajoute que ce motif est d'ordre public et n'appelle l'appréciation d'aucune circonstance de fait.

Le Conseil d'Etat en profite également pour revenir sur l'office du juge de plein contentieux lorsqu'il statue sur un recours dirigé contre un refus total ou partiel opposé à une demande de remise gracieuse d'un indu de RSA.

Il énonce ainsi qu’il « appartient au juge administratif, eu égard tant à la finalité de son intervention qu'à sa qualité de juge de plein contentieux de l'aide sociale, non de se prononcer sur les éventuels vices propres de la décision attaquée mais d'examiner si une remise gracieuse totale ou partielle est justifiée et de se prononcer lui-même sur la demande en recherchant si, au regard des circonstances de fait dont il est justifié par l'une et l'autre parties à la date de sa propre décision, la situation de précarité du débiteur et sa bonne foi justifient que lui soit accordée une remise ou une réduction supplémentaire ».

Dès lors, est sans aucune incidence sur le litige, « la circonstance que la décision attaquée aurait été prise par une autorité incompétente, qu'elle serait intervenue au terme d'une procédure irrégulière ou qu'elle serait insuffisamment motivée ».

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
VPNG à vos côtés pour gérer la sortie du confinement

Depuis la mi-mars, tout a changé et pourtant, la vie publique continue, qu’il s’agisse de continuer à gérer le quotidien et de prendre les décisions les mieux adaptées au contexte exceptionnel de crise sanitaire et économique, à court, moyen et long terme : réouverture des écoles, protection des agents, soutien du tissu économique local, organisation des transports, action sanitaire et sociale, adaptation des contrats publics, des finances locales, des modes d’administration et de travail, reprise des projets d’investissement public, d’urbanisme et aménagement, etc…

Nous sommes à vos côtés pour vous accompagner, comme nous l’avons toujours fait, dans l’action comme dans l’anticipation, avec la préoccupation constante de vous aider à inventer et à évaluer les meilleures stratégies, à la fois adaptées et sécurisées.

Aujourd’hui, nos équipes vous accompagnent dans le décryptage et la mise en œuvre des très nombreuses adaptations juridiques liées à la crise sanitaire : fonctionnement des assemblées locales, police sanitaire, contrats publics, urbanisme, etc…

Nous sommes également à vos côtés pour préparer la sortie du confinement et vous aider à satisfaire au mieux les besoins de vos administrés, des entreprises et des associations, en mobilisant tous les outils relevant de vos compétences et en minimisant la prise de risque juridique, dans un contexte inhabituellement mouvant et complexe.

Et Demain ? S’il est encore trop tôt pour savoir ce que sera le monde de l’après-crise du Covid19, c’est dès maintenant que commence la réflexion sur les marges de manœuvre juridiques disponibles pour repenser certains dispositifs d’action publique, de partenariats et de financement, et réfléchir à de nouvelles formes de prévention et de solidarité, que ce soit sur le plan économique, social, sanitaire ou encore culturel et éducatif.

En outre, la crise sanitaire n’a pas fait disparaître les profondes mutations de l’action publique, au sujet desquelles nous continuons à mobiliser notre expertise juridique, y compris à l’échelon local : transition écologique, numérisation et ubérisation de l’économie et de certains services publics, équilibre entre le global et le local, etc…

Sur tous ces sujets et enjeux, en dialogue avec vous, nos équipes sont d’ores et déjà au travail pour optimiser la « boîte à outils juridiques ». Dès que l’urgence se fera moins pressante, nous reviendrons vers vous pour vous proposer un partage, entre acteurs publics et partenaires, d’expériences et de premières pistes de réflexions.

Contact : contact@vpng.fr

Ok