Le blog

La nécessité d'un niveau de précision suffisant du sens des conclusions du rapporteur public

Auteur : Régis Constans
Publié le : 08/01/2016 08 janvier janv. 01 2016

La généralisation de la communication du sens des conclusions du Rapporteur public a répondu, dans un premier temps, à une attente des plus pressantes des avocats.

Il était devenu d’usage que l’on interroge le Commissaire du gouvernement, avant l’audience, afin qu’il nous précise s’il entendait conclure au rejet ou à l’annulation. Cela restait toutefois de l’ordre de l’usage et dépendait du bon vouloir du Commissaire du gouvernement.

Si les avocats avaient commencé à solliciter, de plus en plus systématiquement cette information, en préalable des audiences, c’est tout simplement parce qu’ils estimaient que cela leur permettrait d’avoir plus d’efficacité dans la préparation desdites audiences.

Lorsqu’ils ont été informés de ce que cette communication allait être prévue par la procédure et être consacrée dans le Code de justice administrative, ils en étaient ravis.

Mais tout cela partait d’un malentendu. Du point de vue des avocats, il s’agissait, en quelque sorte, d’inscrire cette transmission dans les mécanismes qui leur semblent consubstantiels à leur mission et constituent le centre de leur exercice professionnel : l’égalité des armes et le principe du contradictoire.

En vertu de ces principes, ils escomptaient donc que la transmission préalable à l’audience porterait sur les conclusions du Rapporteur public et non pas seulement sur leur sens.

Ainsi, ils ont été un peu déçus à la lecture de l’article R. 711-3 du Code de justice administrative qui prévoit seulement  que « Si le jugement de l’affaire doit intervenir après le prononcé de conclusions du rapporteur public, les parties ou leurs mandataires sont mis en mesure de connaître, avant la tenue de l’audience, le sens de ces conclusions sur l’affaire qui les concerne ».

Cette déception s’est encore accrue quand ils ont découvert ce que recouvrait le terme « sens ». En effet, en excès de pouvoir, les termes figurant sur Sagace étaient parfois de peu d’utilité, lorsqu’ils se limitaient à des formules lapidaires telles que : « rejet au fond», « rejet pour irrecevabilité », et plus encore pour le célèbre : « annulation totale ou partielle ». Comme si le fait qu’une annulation soit totale ou partielle était indifférent.

Là encore, le curseur a rapidement évolué pour concrétiser l’esprit de la réforme. Ainsi, aujourd’hui, il faut saluer l’effort des rapporteurs publics qui indiquent, en cas d’annulation, le moyens précis qu’ils estiment fondé et, le cas échéant, les injonctions qui résultent de cette annulation.

En revanche, en plein contentieux et, notamment, en matière indemnitaire, il est de plus en plus difficile de se contenter d’un « satisfaction totale ou partielle », surtout qu’aucune précision n’est donnée sur les chefs de préjudices qui prospèrent et les montants des condamnations proposées.

Si l’on s’en tient à cette conception restrictive du sens des conclusions, il est évident que l’on manque l’objectif affiché de permettre aux parties d’optimiser leurs interventions lors de l’audience.

Confrontées à des pratiques individuelles disparates, les juridictions administratives ont été questionnées sur le niveau de précision requis lors de la communication, préalablement à l’audience, du sens des conclusions du Rapporteur public.

Dans un arrêt récent, la Cour administrative d’appel de Lyon a présenté un vade-mecum en la matière :

« 3. Considérant que la communication aux parties du sens des conclusions, prévue par les dispositions précitées de l'article R. 711-3 du code de justice administrative, a pour objet de mettre les parties en mesure d'apprécier l'opportunité d'assister à l'audience publique, de préparer, le cas échéant, les observations orales qu'elles peuvent y présenter, après les conclusions du rapporteur public, à l'appui de leur argumentation écrite et d'envisager, si elles l'estiment utile, la production, après la séance publique, d'une note en délibéré ; qu'en conséquence, les parties ou leurs mandataires doivent être mis en mesure de connaître, dans un délai raisonnable avant l'audience, en termes précis, l'ensemble des éléments du dispositif de la décision que le rapporteur public compte proposer à la formation de jugement d'adopter, à l'exception de la réponse aux conclusions qui revêtent un caractère accessoire, notamment celles qui sont relatives à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ; que les conclusions aux fins d'injonction ne présentent pas un caractère accessoire au sens des dispositions précitées de l'article R. 711-3 du code de justice administrative ; que cette exigence s'impose à peine d'irrégularité de la décision rendue sur les conclusions du rapporteur public ;

4. Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que s'agissant des conclusions aux fins d'annulation des décisions du 18 février 2014, le rapporteur public a seulement indiqué aux parties qu'il conclurait à l'annulation totale ou partielle de ces décisions ; qu'il appartenait au rapporteur public d'indiquer précisément s'il entendait conclure à l'annulation de toutes les décisions prises par la préfète de la Loire ou seulement à l'annulation de certaines d'entre elles ; qu'en outre, le rapporteur public n'a pas indiqué s'il ferait droit aux conclusions aux fins d'injonction ; qu'en l'absence de telles précisions, la préfète de la Loire est fondée à soutenir que le jugement est entaché d'une irrégularité et, par suite, à en demander l'annulation, dans la limite des conclusions présentées en appel
»             

(CAA Lyon, 5 janvier 2016, Préfecture de la Loire, n° 14LY03030).

Cet arrêt constitue une avancée cruciale en ce qu’il consacre explicitement l’objectif de la transmission préalable du sens des conclusions du Rapporteur public : permettre aux parties de préparer l’audience ; et qu’il précise que pour atteindre cet objectif, il est indispensable que le sens des conclusions soit formulé de la manière la plus précise possible.

Historique

<< < ... 10 11 12 13 14 15 16 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
VPNG à vos côtés pour gérer la sortie du confinement

Depuis la mi-mars, tout a changé et pourtant, la vie publique continue, qu’il s’agisse de continuer à gérer le quotidien et de prendre les décisions les mieux adaptées au contexte exceptionnel de crise sanitaire et économique, à court, moyen et long terme : réouverture des écoles, protection des agents, soutien du tissu économique local, organisation des transports, action sanitaire et sociale, adaptation des contrats publics, des finances locales, des modes d’administration et de travail, reprise des projets d’investissement public, d’urbanisme et aménagement, etc…

Nous sommes à vos côtés pour vous accompagner, comme nous l’avons toujours fait, dans l’action comme dans l’anticipation, avec la préoccupation constante de vous aider à inventer et à évaluer les meilleures stratégies, à la fois adaptées et sécurisées.

Aujourd’hui, nos équipes vous accompagnent dans le décryptage et la mise en œuvre des très nombreuses adaptations juridiques liées à la crise sanitaire : fonctionnement des assemblées locales, police sanitaire, contrats publics, urbanisme, etc…

Nous sommes également à vos côtés pour préparer la sortie du confinement et vous aider à satisfaire au mieux les besoins de vos administrés, des entreprises et des associations, en mobilisant tous les outils relevant de vos compétences et en minimisant la prise de risque juridique, dans un contexte inhabituellement mouvant et complexe.

Et Demain ? S’il est encore trop tôt pour savoir ce que sera le monde de l’après-crise du Covid19, c’est dès maintenant que commence la réflexion sur les marges de manœuvre juridiques disponibles pour repenser certains dispositifs d’action publique, de partenariats et de financement, et réfléchir à de nouvelles formes de prévention et de solidarité, que ce soit sur le plan économique, social, sanitaire ou encore culturel et éducatif.

En outre, la crise sanitaire n’a pas fait disparaître les profondes mutations de l’action publique, au sujet desquelles nous continuons à mobiliser notre expertise juridique, y compris à l’échelon local : transition écologique, numérisation et ubérisation de l’économie et de certains services publics, équilibre entre le global et le local, etc…

Sur tous ces sujets et enjeux, en dialogue avec vous, nos équipes sont d’ores et déjà au travail pour optimiser la « boîte à outils juridiques ». Dès que l’urgence se fera moins pressante, nous reviendrons vers vous pour vous proposer un partage, entre acteurs publics et partenaires, d’expériences et de premières pistes de réflexions.

Contact : contact@vpng.fr

Ok