Le blog

Les délibérations par lesquelles le Conservatoire du Littoral classe ses dépendances dans le domaine public doivent être publiées pour être exécutoires

Auteur : Ismaël TOUMI
Publié le : 09/12/2016 09 décembre déc. 12 2016


Conseil d’Etat 5 décembre 2016, Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, n° 398659


Par un arrêt du 5 décembre 2016, le Conseil d’Etat juge que le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres (plus communément dénommé Conservatoire du littoral) n'est pas dispensé de publier ses délibérations pour leur donner caractère exécutoire.

Ayant acquis à l’amiable la propriété d’un domaine composé de terres agricoles en Camargue, le Conservatoire du littoral a entrepris de classer cette propriété dans son domaine propre, c’est-à-dire dans la partie de ses biens relevant du domaine public, afin de pouvoir expulser un fermier en place depuis de longue date, et qui exploitait le domaine selon un bail rural très avantageux.

Pour cela, le Conservatoire du littoral a délibéré en conseil d’administration, le 21 novembre 2013, et transmis cette délibération au ministre de l’environnement, comme le prévoit l’article R. 322-28 du code de l’environnement.

L’établissement public a ensuite proposé une convention d’occupation précaire à l’occupant des lieux, qui n’avait pas de bail écrit. Mais celui-ci a décliné cette proposition, l'estimant exorbitante.

Le Conservatoire du littoral a alors réclamé au Juge des référés du tribunal administratif de Marseille l’expulsion sous quinzaine du fermier, qu’il présentait comme étant occupant sans droit ni titre du domaine public.

Plusieurs arguments étaient présentés en défense au juge des référés.
En premier lieu, le fermier en place estimait que la délibération du 21 novembre 2013 n’était pas exécutoire, faute de lui avoir été notifiée, d’avoir été publiée, ou affichée.
En second lieu, il avait saisi le tribunal paritaire des baux ruraux compétent afin que soit tranchée l’existence d’un bail rural verbal antérieur à l’acquisition des terres par le Conservatoire du littoral.

Le juge des référés a écarté le premier moyen, et s’est fondé sur le second, estimant que la saisine du Tribunal paritaire des baux ruraux constituait une contestation sérieuse excluant que le fermier, en place depuis plus de vingt ans, soit expulsé selon une procédure d'urgence.
Le conservatoire du littoral s’est alors pourvu en cassation devant le Conseil d’Etat contre cette ordonnance.
Faisant usage de ses pouvoirs d’instruction, le Conseil d’Etat a demandé à l’établissement public de justifier des mesures de publicité de sa délibération du 21 novembre 2013 de nature à la rendre exécutoire. Le Conservatoire du littoral s’est alors borné à rappeler, comme il l’avait fait devant le juge des référés, que ses délibérations n’avaient pas à être publiées pour acquérir un caractère exécutoire, leur seule transmission au ministre de tutelle (le ministre de l’environnement) suffisant à cet égard, en application de l’article R. 322-28 précité.

Par un arrêt du 5 décembre 2016, le Conseil d’Etat a réfuté cette analyse.
La haute juridiction a tout d'abord annulé l’ordonnance de référé, en tant qu’elle s’était fondée sur le moyen pris de la saisine du Tribunal paritaire des baux ruraux.

Puis, réglant l’affaire au fond, le Conseil d’Etat a rejeté la requête aux fins d’expulsion. Il a pour cela jugé que la délibération du 21 novembre 2013 portant classement dans le domaine public n’ayant reçu aucune mesure de publicité, elle n’était dès lors pas entrée en vigueur, et que les terres en cause ne pouvaient être considérées comme une dépendance du domaine public.

L’affaire reste pendante devant le tribunal paritaire des baux ruraux quant au sort du bail rural.
 

Historique

<< < ... 6 7 8 9 10 11 12 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
VPNG à vos côtés pour gérer la sortie du confinement

Depuis la mi-mars, tout a changé et pourtant, la vie publique continue, qu’il s’agisse de continuer à gérer le quotidien et de prendre les décisions les mieux adaptées au contexte exceptionnel de crise sanitaire et économique, à court, moyen et long terme : réouverture des écoles, protection des agents, soutien du tissu économique local, organisation des transports, action sanitaire et sociale, adaptation des contrats publics, des finances locales, des modes d’administration et de travail, reprise des projets d’investissement public, d’urbanisme et aménagement, etc…

Nous sommes à vos côtés pour vous accompagner, comme nous l’avons toujours fait, dans l’action comme dans l’anticipation, avec la préoccupation constante de vous aider à inventer et à évaluer les meilleures stratégies, à la fois adaptées et sécurisées.

Aujourd’hui, nos équipes vous accompagnent dans le décryptage et la mise en œuvre des très nombreuses adaptations juridiques liées à la crise sanitaire : fonctionnement des assemblées locales, police sanitaire, contrats publics, urbanisme, etc…

Nous sommes également à vos côtés pour préparer la sortie du confinement et vous aider à satisfaire au mieux les besoins de vos administrés, des entreprises et des associations, en mobilisant tous les outils relevant de vos compétences et en minimisant la prise de risque juridique, dans un contexte inhabituellement mouvant et complexe.

Et Demain ? S’il est encore trop tôt pour savoir ce que sera le monde de l’après-crise du Covid19, c’est dès maintenant que commence la réflexion sur les marges de manœuvre juridiques disponibles pour repenser certains dispositifs d’action publique, de partenariats et de financement, et réfléchir à de nouvelles formes de prévention et de solidarité, que ce soit sur le plan économique, social, sanitaire ou encore culturel et éducatif.

En outre, la crise sanitaire n’a pas fait disparaître les profondes mutations de l’action publique, au sujet desquelles nous continuons à mobiliser notre expertise juridique, y compris à l’échelon local : transition écologique, numérisation et ubérisation de l’économie et de certains services publics, équilibre entre le global et le local, etc…

Sur tous ces sujets et enjeux, en dialogue avec vous, nos équipes sont d’ores et déjà au travail pour optimiser la « boîte à outils juridiques ». Dès que l’urgence se fera moins pressante, nous reviendrons vers vous pour vous proposer un partage, entre acteurs publics et partenaires, d’expériences et de premières pistes de réflexions.

Contact : contact@vpng.fr

Ok